SINIBALDI Jean Paul

Le Christ et la Samaritaine

SINIBALDI Jean Paul

(Paris, 1857 – Bourg-en-Bresse, 1909)

Le Christ et la Samaritaine

Huile sur toile
Signée et dédicacée en bas à droite
46 x 38 cm

Élève d’Alexandre Cabanel à l’Académie des Beaux-Arts de Paris et du peintre académique belge Alfred Stevens, Paul Sinibaldi participa à Paris au Salon des Artistes Français à partir de 1882 et jusqu’en 1905. Il fut maintes fois récompensé : mention honorable en 1886, médaille de bronze à l’Exposition Universelle de 1889, médaille de seconde classe en 1898 et médaille d’argent à l’Exposition Universelle de 1900.

Il pratiqua principalement la peinture de genre, la peinture historique et le portrait -en fin de carrière, plus rarement le paysage et la peinture symboliste.

En 1888, il bénéficia d’une bourse de voyage dont il usa pour faire son grand tour en Italie afin d’y étudier les grands maitres de la Renaissance.

Sinibaldi se confronta également au grand décor en participant aux chantiers de l’Hôtel de Ville de Paris et de la mairie de Lille (détruite en 1916) ainsi que la décoration du château de Neuville-sur-Ain, chantier dont il eut accès sur recommandation de son beau-père : l’architecte départemental Tony Ferret.

Sinibaldi fut fait chevalier de la légion d’honneur en 1900.

L’artiste décède le 17 janvier 1909 à Bourg-en-Bresse. Son fond d’atelier fut dispersé en vente publique le 17 mai 1909 à l’Hôtel Drouot.

Musées : Amiens, Gray, Mulhouse, Sète, Budapest, Reims…

Le tableau est dédicacé « A l’ami Pichot ». Il s’agit de Émile Jules Pichot (1857-1936), peintre d’histoire, prix de Rome en 1879, également élève de Cabanel à l’Académie des Beaux-Arts de Paris, lieu où les deux artistes se sont probablement connus.