DANVIN Victor Marie Félix

Croix et costumes du Tréport

DANVIN Victor Marie Félix

(Paris, 1802 – Paris, 1842)

Croix et costumes du Tréport

Huile sur toile
Signée et datée en bas à droite
58 x 88 cm
1838

Exposition : Salon de Paris de 1838 sous le numéro 378. D’après le catalogue, le tableau est resté la propriété de l’artiste à l’issue du Salon.

Peintre paysagiste, Victor Marie Félix Danvin est né à Paris en 1802. Entré à l’école des Beaux-arts le 3 septembre 1818, il suit les enseignements de Pierre Guérin (1774-1833) et Guillaume Guillon Lethière (1760 - 1832). Après un passage rapide dans l’atelier de Louis Etienne Watelet (1782-1866), il intègre celui du tout nouveau Prix de Rome, Jean Charles Joseph Rémond (1795-1875). Dès 1829, il parcourt la Suisse et diverses provinces françaises : Savoie, Dauphiné, Auvergne, Bretagne et Normandie.
Danvin débute au Salon de Paris de 1831 et y expose régulièrement les années suivantes. Professeur à l'école polytechnique à compter de 1840, il présente ses œuvres au salon jusqu’à l’exposition posthume de1842.
À la suite d’une seconde attaque d’apoplexie - une première l’ayant frappé en février 1840, il part prendre les eaux à Vichy en juillet 1841. Fatigué, il poursuit sa route vers Thiers, puis vers Lyon, avant que, malade, il rentre sur Paris. Danvin y décède le 13 février 1842, victime d’une rupture d’anévrisme.

Malgré la brièveté de son existence et la rareté de ses œuvres, les tableaux de Victor Danvin trouvent un public sensible à cet « artiste merveilleusement délicat et sensible ».

Son épouse, Constance-Amélie née Lambert à Lille le 3 mai 1810, débutera au salon de 1844 avec une « Entrée de Vichy les Bains » et cessera d’apparaître après le salon de 1848.

Plusieurs des œuvres de Danvin ont été reproduites par des graveurs comme Lhuillier ou des lithographes comme Challamel avec en particulier notre tableau Croix et costumes de Tréport, dans l’ouvrage La revue des peintres de 1838 imprimé chez Aubert à Paris.
En voici l’extrait descriptif :
« Sous cette légende Croix et costumes du Tréport, M. Danvin nous montre dans son tableau à droite et dans le fond les bateaux quittant le port un à un et se dirigeant vers la haute mer pour se livrer à la pêche, tandis qu’au milieu de sa composition, au pied de cette croix qui domine un vaste horizon, les femmes et les enfants de pêcheurs suivent longtemps des yeux leurs maris et leurs pères, et supplient Dieu par d’ardentes prières de bénir leurs filets et de leur accorder un heureux et riche retour.
Le pinceau fécond de M. Danvin lui a permis de mettre ainsi sous no yeux un grand nombre de sites pittoresques de notre France »

Musées : Montpellier, Honfleur.